Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Décoration maison, meubles maison jardin et design intérieur sur Artdco.net | December 17, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Robert A. M. Stern Architects. Penthouse insolite par Robert Stern.

Voici le lieu de résidence de Robert Stern – architecte américain connu, historien, doyen de l’école d’architecture de Yale (Yale’s architecture school) – le penthouse numéro 34, rue de Manhattan. Pourtant le mot « penthouse » comme Stern l’entend, est très loin de la désignation habituelle d’appartements énormes, luxueux, qui couronnent les grattes-ciel.

Dans le cas donné le point de départ est un local modeste, vêtu de métal, dans le grenier d’un gratte-ciel dont un étage était pris par le bureau du studio Robert A. M. Stern Architects. L’architecte qui aime trouver dans le passé les sources d’événements architecturaux d’aujourd’hui, dit que « la notion contemporaine du penthouse comprenait autrefois un avant-toi sur le toit de la maison où les occupants stockaient la peinture et les instruments ».

Le mot penthouse est entré dans les vocabulaires au XIVième siècle, mais il a obtenu sa notion contemporaine seulement dans les années 1920.

Selon l’architecte même, il a voulu créer une interconnexion magique et une continuité de l’espace intérieur et extérieur à l’aide de portes extensibles géantes, qui donnent sur le toit sans la moindre différence d’altitude. Un pas au-delà du bureau – et on se trouve en air frais. Mais à la hauteur d’un immeuble de 19 étages.

Ensemble avec ses partenaires –- Grant Marani, Julie Nymann et John Boyland –- Robert Stern a dénudé les locaux intérieurs jusqu’à la carcasse même, isolé les points de connexion avec la surface d’appui, équipé d’un éclairage discontinu et de gaines d’air, et puis couvert de tôle ondulée. L’élément structural dominant est l’espace en relief que les architectes et les designers ont divisé par une cabine ovale. On y a installé la salle de bain, la cuisine et le bar. Dans la partie nord on a aménagé un bureau de travail, où Stern, David Fishman et Jacob Tilove vont travailler sur le livre portant sur l’architecture des banlieues.

Au sud de la cabine se trouve le salon, meublé d’objets modernistes classiques. Stern utilise la table Eero Saarinen entouré de fauteuils Alvar Aalto pour les déjeuners aussi bien que pour le travail de l’après-midi avec ses amis, collègues ou en solitude.

Les portes extensibles en verre mènent sur un terrain enclos sur le toit de la maison, gazonné par les carrés de tecoma (jasmin indien) et couvert d’un côté de bambou et de l’autre côté – de cuves de bois. La designer paysagiste Kendra Taylor a sélectionné des plantes spéciales pour les parterres, qui peuvent subir un hiver sévère aussi bien que la chaleur de l’été.

Robert Stern, qu’on range parmi les théoriciens du postmodernisme et qui se nomme « traditionaliste contemporain »,  s’est exprimé ainsi sur l’actualité de ce bâtiment : «Je critique l’architecture contemporaine pour son uniformité : l’espace universel crée souvent l’anonymat de l’expérience…  Si le penthouse avec toute son armature est contemporain côté style et technologie, il n’a pas de caractère anonyme mais il est très expressif au contraire. C’est obtenu grâce à la diversité de ses espaces».

Selon les matériaux de www.architecturaldigest.com